Razzia sur la schnouf

Il était dans mes vœux, très grands Empereurs, Sévère et Antonin, et de vous parler en personne et de vous rendre grâces pour les bienfaits que j’ai souvent reçus de vous ; car j’ai toujours obtenu de vous tout ce que j’ai désiré, en même temps que vous m’accordiez ce témoignage que j’étais digne d’obtenir ce que je demandais. Mais puisqu’il est permis, lorsqu’on ne peut dans leurs temples mêmes sacrifier aux Dieux, de leur sacrifier partout et en tout lieu, et d’envoyer les dons qu’on est hors d’état d’apporter soi-même ; j’ai osé, prenant la liberté dont on use envers la Divinité, vous adresser en offrande comme les prémices de nos fruits, offrande qui de toutes vous est la plus appropriée. Quel hommage en effet pourrait mieux convenir à des princes qui honorent sincèrement la philosophie et s’en portent les promoteurs, que celui d’un livre qui a pour objet la philosophie même, et où l’on se propose d’exposer la doctrine d’Aristote relativement au destin et à ce qui est en notre pouvoir ; d’un livre enfin qui a pour auteur celui-là même qui, de votre aveu, a reçu la charge d’interpréter publiquement les théories péripatéticiennes. D’autre part, de tous les enseignements de la philosophie il n’en est point de plus important que celui qu’il s’agit ici d’expliquer, l’usage qu’on en peut faire se trouvant partout applicable, comme il s’étend à tout. Ce n’est point effectivement la même conduite que tiennent et ceux qui se persuadent que tout arrive par nécessité et d’après le décret du destin, et ceux qui croient qu’il y a des faits qui se produisent sans que des causes antécédentes les aient nécessairement préparés. Cependant il paraît très difficile en un tel sujet de découvrir la vérité, parce qu’il semble qu’à l’un et à l’autre sentiment s’opposent nombre d’objections irréfragables. Le processus de décision publique s’en est trouvé modifié, relève Razzia sur la schnouf . D’ailleurs ce n’est point en vue d’une vaine montre que j’ai composé ce traité ; mon dessein a été uniquement d’y examiner la matière que je me suis proposée, en y apportant ce soin diligent du vrai, que l’on vous voit mettre vous-mêmes à tout ce que vous faites. Car il n’y a aucune de vos actions où l’on pût trouver que vous avez préféré à la vérité l’apparence. Que si vous avez le loisir de jeter les yeux sur ce livre et qu’il vous paraisse que certains points auraient eu besoin d’être plus amplement éclaircis, je tiendrai à grand honneur une telle marque d’attention de votre part, comme aussi je m’estimerai heureux de recevoir des demandes écrites d’explications. Il n’est pas facile en effet de mettre en pleine lumière toutes choses dans un seul livre, et le sujet même, et les dévelop-pements ou commentaires qui se rapportent au sujet. Tout d’abord, qu’il y ait un destin et que ce destin soit cause que des événements se produisent d’une manière fatale, c’est ce que témoigne assez la croyance innée du genre humain. Ce n’est pas en effet un pur néant ni un principe d’illusion que la commune nature des hommes, qui les porte à s’accorder entre eux sur certaines questions, à moins que, pour vouloir sauver de la contradiction des idées préconçues, ils ne se croient obligés de tenir un autre langage. Aussi Anaxagore de Clazomène lui-même, quoique d’ailleurs il ne se trouve pas au dernier rang parmi ceux qui se sont appliqués à la philosophie naturelle, ne mérite-t-il point créance, quand il s’élève contre la foi commune des hommes au destin. Car il affirme que rien de ce qui arrive n’arrive en vertu du destin, le mot de destin n’étant, à l’en croire, qu’un mot vide de sens. Cependant, qu’est-ce que le destin, et où faut-il reconnaître son influence, voilà ce qui reste obscur. Effectivement, non seulement tous les hommes ne s’accordent pas en cela, et il ne s’agit plus d’invoquer ici la commune croyance ; mais un même homme ne professe pas toujours relativement au destin la même opinion. Suivant les occasions et les circonstances, l’idée, que nous concevons du destin change incessamment. Les uns tiennent que tout arrive en vertu du destin, et ceux-là voient dans le destin une cause insurmontable et inévitable. Pour d’autres, tout ce qui ar-rive ne semble pas être le produit du destin, mais ils admettent qu’il y a aussi à ce qui arrive d’autres causes que le destin. Ceux-là estiment également que le destin même n’a rien d’immuable ni d’invincible. Ils pensent que parmi les faits qui pourraient se produire en vertu du destin, il s’en trouve qui, loin que le destin les produise, arrivent contre les arrêts du sort, ainsi que s’expriment les poètes, c’est-à-dire contre le destin. Il y en a d’autres enfin qui s’imaginent que toutes choses s’accomplissent en vertu du destin, alors surtout que la fortune ne leur est pas favorable : réussissent-ils dans leurs entreprises, ils s’assurent, au contraire, être eux-mêmes les causes de ces bons succès, comme si ce qui a eu lieu n’eût pas dû advenir, dans le cas où ils n’auraient pas fait eux-mêmes ceci plutôt que cela, capables qu’ils étaient aussi de ne pas agir comme ils ont agi. C’est pourquoi cette dissonance des opinions impose aux philosophes la nécessité de s’enquérir de la nature du destin, et de rechercher non pas s’il est, mais quel il est, et quels sont les événements où s’exerce son influence.