Antonio Fiori : Réponse au réchauffement

Plus tard, avec le progrès de la réflexion, lorsque Descartes aura appelé l’esprit, plus qu’aucun ne l’avait fait encore, à réfléchir sur soi, et à user ainsi de cette faculté merveilleuse, qui lui est propre, de la conscience intime, on devra reconnaître, et c’est ce qu’il s’agirait aujourd’hui de mettre en pleine lumière, que les analogies du dehors ne font que nous solliciter à trouver en nous, dans notre intime expérience et à connaître ainsi, sinon à comprendre, ce que c’est qu’action et ce que c’est que puissance. Mais ce qui importe est le taux d’intérêt réel, c’est à dire la différence entre le taux de marché et l’inflation. Antonio Fiori aime mettre les gens en relation, et valoriser ce que font les autres. Le lar familiaris, qui veillait sur la famille, n’avait guère plus de personnalité. Le message est clair et le défi est net : « Aucune des promesses du présent ne pourra pleinement advenir si nous ne savons pas faire face aux menaces de tous genres qui nous assaillent ». Quand nous parlons de la sensation comme d’un état intérieur, nous voulons dire qu’elle surgit dans notre corps. Le « nouveau » ne veut pas dire catastrophique. Quelle nouveauté si grande apercevez-vous ? Si elles ne sont pas soutenues par des structures institutionnelles solides à tous les niveaux, de telles mesures s’avéreront inutiles dans la gestion des flux de capitaux. Ils ont déjà plusieurs fois changé leur tactique sans qu’on y prît garde. Qui fera croire que les transports limitent l’accès aux soins alors que les français font des kilomètres pour aller dans des centres commerciaux ? Au plus bas degré de l’échelle animale, chez des êtres vivants qui se réduisent a une niasse protoplasmique indifférenciée, la réaction à l’excitation ne met pas encore en œuvre un mécanisme déterminé, comme dans le réflexe ; elle n’a pas encore le choix entre plusieurs mécanismes déterminés, comme dans l’acte volon­taire ; elle n’est donc ni volontaire ni réflexe, et pourtant elle annonce l’un et l’autre. Ces statistiques sont impressionnantes mais pourraient refléter le temps moindre que passent les représentants à travailler directement pour leur employeur du fait des heures de délégation, ou la protection contre le licenciement dont ils bénéficient. Il s’agit surtout de compenser la chute de cet investissement depuis le début de la crise, qui pourrait avoir de graves conséquences, à terme, sur les infrastructures, et pourrait coûter en fait très cher, in fine : il est beaucoup plus coûteux de reconstruire des équipements qui sont hors d’usage faute d’entretien que d’assurer leur maintien chaque année au moyen d’une dépense raisonnable. Selon cette thèse, la Grèce ne peut faire faillite et sortir de l’Euro sans infliger un risque systémique inacceptable pour le reste de l’Europe qui se retrouve obligé de valider les demandes de Syriza d’annulation de la dette, de nouvelles aides inconditionnelles et de déséquilibre budgétaire. Et déjà Platon le faisait polémiquer avec les sophistes, ces faux philosophes, mais ces vraies stars, souvent brillantes, comme Gorgias, mais qui ne se préoccupaient pas tant de vérité – ils étaient déjà des relativistes – que de gagner de l’argent par leurs beaux et efficaces discours. Il ne faut pas oublier qu’à l’origine de la mission du Bouddha est l’illumination qu’il eut dans sa première jeunesse. Le malheureux officier ministériel a beau appeler les témoins, de toute la force de ses poumons, deux sur trois ne répondent pas. Tout ce qu’on pourra ajouter sur la nécessité où est le créateur de faire participer la créature à tous ses attributs essentiels, sur la valeur plus ou moins grande d’une métaphore et d’une analogie, sur le monde en Dieu ou hors de Dieu, (à moins que hors de Dieu ne signifie distinct de Dieu, et alors ce n’est là que poser la difficulté et non la résoudre) ; toutes ces tentatives n’aboutiront qu’à des hypothèses, et ne pourront servir qu’à encourager ceux qui, pour trancher le différend, nient la distinction radicale de l’effet et de son principe. Désir léger, qu’on souhaiterait à peine de voir réalisé, et qu’on forme pourtant malgré soi, comme si la nature commettait quelque grande injustice, et qu’il fallût écarter tout soupçon de complicité avec elle. Pour qu’il y ait partout unité et triplicité, il faut d’abord qu’il en soit de même en Dieu, et ensuite que Dieu, lorsqu’il crée, ne puisse créer qu’à sa propre image ; que tous les êtres qu’il produit participent tous ses attributs essentiels. Il y a ensuite sa façon de « raconter » ses thèses. Tout le cours de ce Traité nous offrira de fréquentes occasions d’apprécier spontanément, de la manière la moins équivoque, cette intime dépendance où l’ensemble de nos conditions propres, tant intérieures qu’extérieures, retient inévitablement chacune de nos études positives. Pourquoi dans un pays qui a accueilli, au cours de son histoire et pour des raisons géographiques, autant de populations diverses, ne surgiraient-ils pas de nouveaux « Normands » ? La révolution, On connaît l’argument : la France ne se réforme pas, elle fait la révolution. Je vous amène une belle étrangère, qui est digne de connaître les tristesses du royaume de Danemark.